Le site de référence sur les dangers pour la santé au bureau et les solutions à mettre en place pour l'améliorer

J'ai essayé le bureau debout pendant une dizaine de jours

Compte rendu de l'expérience de travail en utilisant un bureau debout pendant une dizaine de jours.

illustration d'un bureau debout

J'ai commencé à m'intéresser au bureau debout il y a de nombreux mois. Je dois confesser que pour des raisons d'environnement professionnel, je n'utilise plus de bureau debout.

Mais j'en ai utilisé un longtemps et je vais vous raconter comment cela s'est passé.

La prise de conscience

C'est au détour d'un site Internet (peut-être lifehacker.com) que j'ai appris l'existence des "bureaux debout" - ou standing desk, comme les anglo-saxon les appelle.

Au début, j'avoue avoir été intrigué, surpris et même très sceptique quand à l'intérêt d'un tel dispositif technique pour travailler. Cela semble de toute façon contre-nature de travailler debout lorsqu'on fait un travail de bureau. Naturellement, lorsqu'on est assis il semble beaucoup plus facile de travailler ! C'est en tout cas ce que je pensais à ce moment...

Et puis, comme tout le monde ou presque, j'ai commencé à avoir quelques douleurs au dos et à la nuque. Je n'y ai pas forcément prêté attention au début car elles n'étaient pas régulières.

Le déclic est venu d'un collègue : souffrant du dos, il s'est retrouvé bloqué ! A à peine 30 ans, cela fait quand même un peu peur. Son médecin lui a précisé que le problème venait surement d'un "défaut de muscle" et qu'il était nécessaire de faire de l'exercice pour muscler son dos. La perte musculaire étant sans doute liée au fait qu'il travaille assis toute la journée...

J'ai rapidement fait le lien et je me suis vu, moi aussi, avec des douleurs monumentales dans quelques mois si je ne faisais rien pour améliorer cela !

J'ai immédiatement pensé au standing desk, et j'ai décidé de voir si je pouvais rien à faire à ce niveau.

Construire son bureau debout

A ce moment (il y a 1 an environ), je travaillais en télé-travail. J'utilisais donc mon propre mobilier et je pouvais donc le modifier comme bon me semble.

Seulement, je me suis rendu compte qu'acquérir un nouveau bureau (alors que je risquais de devoir retourner travailler chez mon employeur dans quelques mois) n'était pas forcément une bonne solution. Je ne voulais donc pas dépenser plusieurs centaines d'euros dans du mobilier qui pourrait rapidement s'avérer inutilisable...

J'ai donc décidé d'utiliser le système D.

Tout d'abord, je ne suis pas bricoleur. Il était donc exclu que je sorte une scie, un marteau et des clous pour construire from scratch un meuble.

J'ai donc opté pour l'option du pauvre : faire l'inventaire de tout ce que j'avais sous la main pour voir si je ne pouvais pas m'en sortir en assemblant et en empilant différents objets. Bref, j'ai pris un peu de temps pour jouer au Lego !

Finalement, j'ai trouvé un certain nombre de meubles et d'objets qui pouvais faire l'affaire. Après quelques tests, j'ai assemble un "bureau debout du pauvre" de cette manière :

  • J'ai conservé mon bureau normal
  • J'ai utilisé un tabouret pour élever l'écran de mon ordinateur (un iMac de fin 2009)
  • J'ai utilisé mon imprimante comme support pour le clavier et la souris
schéma d'assemblage d'un bureau debout à partir d'autres meubles

Voici pourquoi j'ai choisi ces éléments.

Si le tabouret s'est imposé rapidement car il permettait d'avoir une bonne hauteur d'écran (pile en face de ma tête), j'ai eu du mal à trouver de quoi surélevé mon clavier et ma souris. J'ai fini par prendre l'imprimante qui traînait à côté de moi en désespoir de cause et il s'est avéré que j'avais fait le bon choix.

Par contre, l'imprimante étant aussi un scanner, il m'a été impossible de numériser des documents sans enlever le clavier et la souris. Un inconvénient mineur au final puisque je n'ai eu à faire cette opération qu'une seule et unique fois.

C'était fois, l'expérience du bureau debout pouvait débuter.

Au début c'est difficile

Je ne suis pas particulièrement sportif, mais pas forcément inactif non plus. J'aime marché et courir (bien que je le fasse peu) et j'ai abordé naturellement l'exercice de travailler debout avec nonchalance...

Mais je me suis rapidement rendu compte que rester debout est une vraie activité physique.

En effet, dès la première matinée, j'ai ressenti des douleurs et une fatigue dans les jambes et les pieds. Ayant débuté le travail à 9h, à 10h45 - 11h j'ai déjà senti une fatigue assez importante. J'ai du faire une pause de quelques minutes assis pour terminer la matinée.

Inutile de vous préciser que j'ai accueilli la pause déjeuner avec un soulagement important. C'est fou ce qu'on profite de ce moment lorsqu'on est resté debout toute la matinée !

L'après midi du premier jour a été du même acabit et j'ai du faire de nombreuses poses pour m'en sortir.

Je me suis donc rendu compte que j'aurais vraiment besoin de nombreuses pauses assis pour réussir à travailler un maximum debout.

Dès le deuxième jour, j'ai rencontré un autre problème : le mal aux pieds. Pour contrer ce problème, rien ne vaut une bonne paire de chaussure de course à pied ! En étant bien chaussé il est facile de diminuer presque intégralement la douleur.

Ceux qui travaillent en chaussure de ville peuvent éventuellement envisager l'usage de semelles spéciales à mettre dans leurs chaussure pour soulager la plante des pieds (je n'ai pas testé cela).

Après deux ou trois jours : un nouveau comportement émerge

J'ai fini par m'habituer après le troisième ou quatrième jour à un rythme suivant : 1h de travail debout, 10 minutes de "pause" assis. Les 10 minutes passées assis peuvent servir à noter les tâches qu'on est entrain de faire ou qu'on a terminé.

Il n'est pas forcément nécessaire de ne rien faire pendant ces 10 minutes (évidemment) mais j'ai trouvé que m'assoir un moment permettait de me recharger un peu.

J'ai noté aussi des choses amusantes : une fois debout devant mon ordinateur, je suis devenu vraiment productif (je suis programmeur informatique). Me mettre debout devait envoyer un signal à mon cerveau qui dit "tu dois travailler" et, d'un seul coup, j'avais envie de me mettre au travail. C'est une sensation assez déconcertante au début.

Je ne sais pas si ma productivité a réellement augmenté car je n'ai pas pris soin de prendre des notes avant, pendant et après l'expérience pour constater les changements. Mais, j'aime penser que oui !

Après les 6 ou 7 premiers jours, je trouve qu'on s'habitue physiquement au changement. On est plus entraîné à rester debout et donc on est moins fatigué en fin de journée.

C'est typiquement à ce moment que j'ai arrêté et que je me suis remis en position assise. Une erreur à mon avis, mais compréhensible puisqu'on a moins l'impression d'être fatigué et donc que rester debout sert à quelque chose (alors qu'en fait ceci est dû à l'entrainement physique).

Donc, si vous vous lancé dans le bureau debout, il faudra faire attention à cette période durant laquelle on se sent plus à l'aise et que rester debout semble moins bénéfique pour notre corps.

Conclusion

Je garde un bon souvenir de ce moment passé à travailler debout. Malheureusement, mon environnement de travail ne me permet de pas de travailler debout car je n'ai pas de poste fixe dans mon entreprise (on s'installe avec notre ordinateur portable chez des clients), mais j'ai conservé quelques habitudes.

Ainsi, j'essaie au maximum de bouger. Si je dois aller rencontrer une personne à un étage, j'emprunte l'escalier et pas l'ascenseur.

Si mes collègues font une pause et veulent s'assoir, j'utilise la pause pour rester debout.

Si j'ai le temps je m'arrête à un arrêt de bus plus tôt. Cela me permet de marcher 10 à 15 minutes.

Bref, cette expérience m'a aussi permis de prendre conscience que même lorsqu'on est jeune il est nécessaire de prendre soin de son corps. Et que pour prendre soin de son corps il faut se lever et bouger un peu.

J'encourage donc tout le monde à tenter l'expérience de travailler debout. Je ne dis pas que c'est la solution à tous les problèmes ou que cela peut convenir à tout le monde, mais c'est vraiment quelque chose à essayer.


N'oubliez pas de consulter nos derniers articles et nos dernières études pour en apprendre plus sur la santé au travail et les dangers de la sédentarité.